Helleborus viridis FR

Text FR

Helleborus viridis, Linnaeus (1753)

Hellébore vert

Selon Rice & Strangman (1993), il existe ici deux sous-espèces : Helleborus viridis subsp. viridis et Helleborus viridis subsp. occidentalis.

Will McLevin et Brian Mathew (The Plantsman Sep. 2002) partent du principe qu’il s’agit de deux espèces propres.

L’aire de répartition d’origine de cette sous-espèce d’hellébore s’étend du sud-ouest de la France, la Suisse, le nord de l’Italie, le sud de l’Allemagne jusqu’en Autriche. L’hellébore vert préfère les sols limoneux et pierreux qui soient frais, calcaires, humifères et meubles à l’ombre des forêts de feuillus, il pousse jusqu’à 1100 m d’altitude. 

Les feuilles dentées sont subdivisées en cinq à six segments principaux qui sont encore subdivisés en d’autres sous-segments. Les jeunes feuilles ont un léger duvet et les feuilles plus vieilles sont couvertes d’un fin duvet sur la face intérieure, ce qui les rend plus épaisses au toucher. Lorsque l’été est chaud et sec, le feuillage de cette espèce à croissance lente peut disparaître.

Parmi toutes les espèces d’hellébores, les fleurs d’Helleborus viridis sont celles qui sont du vert le plus sombre. Elles ne font que 4 à 5 cm de diamètre et, dans la nature, elles apparaissent entre mars et avril sur des tiges légèrement ramifiées. En culture, elles fleurissent dès le mois de février. En règle générale, il se forme trois fleurs par tige.