Helleborus vesicarius

Helleborus vesicarius, Aucher (1841)


Hellébore en vessie

Cette espèce d’hellébore peuple les versants rocheux et pierreux des régions littorales très chaudes et sèches du nord de la Syrie et du sud de la Turquie. On la trouve à des altitudes entre 550 et 1 500 m, ainsi que dans des clairières de forêts sèches avec un sol argileux. Helleborus vesicarius passe par un cycle de croissance méditerranéenne, avec une phase principale de croissance en automne et en hiver et une phase de repos pendant l’été chaud et sec.

Son aspect ressemble à Helleborus foetidus. Les nombreuses feuilles vert pâle sont également subdivisées en trois folioles.

Les quelques fleurs en forme de clochette sont petites et vertes et peuvent être bordées d’un liseré rouge, pourpre ou de couleur brune. Après la floraison en février jusqu’en mars, la plante disparaît de mai à juin. Pour s’adapter à son habitat, le fruit d’Helleborus vesicarius se développe différemment de celui des autres espèces d’hellébore. Les ovaires individuels grossissent jusqu’à devenir des formations sphériques, scarieuses et gonflées qui se détachent complètement des tiges lorsque les graines sont à maturité et sont dispersées par le vent. 

Pendant l’été où les conditions de croissance sont défavorables, les racines vigoureuses et charnues servent de réserve de nourriture pour les plantes. Elles se développent profondément dans une terre lourde et humifère, afin de profiter du peu d’humidité disponible.

Le développement des plantules d’Helleborus vesicarius a une autre particularité. Pendant la première période de végétation, seuls les cotylédons sont visibles. Le premier bourgeon (plumule) demeure dans le sol et grossit. Pendant la période de repos estival, les cotylédons aériens se nécrosent et durant l’automne humide, les feuilles primaires se développent à partir du bourgeon souterrain. Il faut attendre au total 4 à 6 ans pour voir apparaître les premières fleurs après semis d’Helleborus vesicarius. 

Pendant la phase de croissance principale en automne et en hiver, les gelées ne doivent pas affecter la plante, et en été il faut la maintenir la plus au sec possible. C’est en respectant ce cycle que l’on pourra réussir au mieux la culture en pot. La plante doit être à l’abri du gel l’hiver et mise dans un endroit ensoleillé du jardin l’été.